Fashion week de Pauline

Défilés croisière 2017

Hello ! C’est l’heure de se retrouver pour les fameuses collections croisière (cruise, resort… il y en a pour tous les goûts) pensées en avant-garde pour la ligne été afin de suivre le tempo effréné de la « fast fashion » et le renouvellement continu de la mode. Comme je t’en avais déjà parlé lors de précédents d’articles, la mode n’est plus rythmée seulement par les collections automne-hiver et printemps-été. Les marques, telles que Chanel, Dior et Louis Vuitton pour les plus spectaculaires, présentent une collection aux quatre coins du monde durant le mois de mai voir début juin jusqu’au début des défilés homme.

Côté business, c’est un véritable enjeu commercial puisque ces collections restent 8 mois en boutiques et permettent de séduire les pays à climat plus chaud comme en Asie ou au Moyen-Orient tout comme de dynamiser chaque région du monde grâce aux voyages des défilés croisière. La destination et le lieu du défilé est donc un défi de taille puisque c’est sur lui que repose aussi son succès.

Après Séoul, Dubaï et Singapour, Chanel nous embarque à Cuba sous le soleil de La Havane et le son d’une musique cubaine, un choix ultra intéressant pour un pays qui a dernièrement mis en place sa politique d’ouverture mondiale. Karl Lagerfeld voit toujours les choses en grand avec une collection inspirée de Cuba : robes et maillots imprimés des fameuses voitures cubaines des fifties, de la couleur surtout pastel, des fleurs tropicales inspirées de celles d’Amérique latine et même un béret revisité !

Il y a un an, Dior présentait sa collection au Palais Bulles, décor architectural spectaculaire de la Côte d’Azur et coup de cœur de Pierre Cardin, et cette année la marque choisit le Royaume-Uni pour poser ses valises au palais de Blenheim au cœur de la campagne anglaise. Classé patrimoine, le lieu ne laisse personne indifférent puisque c’est là qu’est né Winston Churchill mais aussi que Dior, sous Yves Saint Laurent, avait déjà présenté deux collections dans les années 1950. Évidemment on retrouve au sein de cette collection, orchestrée encore une fois par le duo Lucie Meier et Serge Ruffieux et non pas par le nouveau directeur artistique comme le prédisait les rumeurs, des codes de l’aristocratie britannique. La marque souffle un vent de liberté et d’aventure en mêlant le vestiaire de la campagne anglaise aux soies d’Asie et imprimés tribaux d’Afrique. C’est un véritable voyage entre la France et l’Angleterre, entre leur passé et leur présent en bousculant les codes entre féminin et masculin pour réinterpréter la marque de façon moderne.

Louis Vuitton s’envole pour Rio de Janeiro dans le sublime musée d’Art contemporain de Niterói, après avoir été à Palm Springs l’année dernière. Encore une fois, Nicolas Ghesquière fait fusionner la mode à l’architecture, puisqu’au final le travail des volumes se ressemble. Il s’inspire alors de ce musée atypique pour sa collection tout comme du travail de la matière, avec des vêtements tout en légèreté, et de la couleur, où le Brésil apparait comme une palette d’artiste géante. La femme Louis Vuitton est constamment en action, s’enveloppe de robes ou jupes à la façon d’une serviette de plage, porte des tongs qui est la chaussure brésilienne cool par excellence et met en avant sa modernité avant-gardiste et son énergie. On aime l’avalanche de néoprène, les robes destructurées ainsi que la tendance « outdoor party » avec le mix des parkas XXL avec des micro-robes de soirée. (audace, sensualité, conceptuels).

Gucci aime le contraste et c’est ce qu’on a pu constater avec son défilé croisière 2017 au sein de l’Abbaye de Westminster au sérieux monacal contrairement à l’excentricité et l’originalité habituelle d’Alessandro Michele pour les silhouettes. Il s’inspire de la culture anglaise dans son ensemble : pull imprimé aux couleurs de l’Union Jack, robes victoriennes, trench-coat camel, tartans, imprimés kitsch et forcément les pièces importantes de la culture punk, grunge et pop en conservant toujours l’ADN Gucci.

La présentation de la collection croisière Balmain est juste dingue : des palmiers, un coucher de soleil et des couleurs qui mettent clairement en valeur les silhouettes. Les matières sont fluides, on met en avant la taille et on allonge la jambe avec des pantalons palazzo et/ou des rayures, et les couleurs sont bien présentes bien contrastées, on retrouve un mix entre couleurs punchy (rose, jaune, vert, bleu) et couleurs neutres (kaki, noir, marron). Le rendu est canon et on a envie de tout porter pour nos vacances…

Les créateurs, Alexis Martial et Adrien Caillaudaud, mettent en avant la femme française chic, originale et aventureuse. En effet, la femme Carven mixe son style de « la parisienne » avec des trésors vintage comme sortis d’une friperie ou des vêtements de grand-mère (oui oui tu sais que ça me correspond à fond!). On retrouve principalement un style des années 60 avec des volants (la signature de la marque). Le tout est subliment adapté à la mode version 2017 en gardant une allure « sporty chic », qu’on aime tellement en ce moment !

Pièces en superposition, jeux d’asymétrie avec de nombreux motifs tels que les carreaux, les fleurs, les vagues ou les rayures verticales et horizontales, contraste de matières et de couleurs entre transparence et coupes nettes ou le mélange de couleurs neutres avec du noir et blanc : voilà qui résume bien la collection resort Fendi, tout en élégance bien évidemment. Gros coup de cœur pour les chaussures, la découpe sur le devant permet d’allonger la jambe et de mettre en valeur la cheville : en bref, la silhouette est beaucoup plus élancée, j’adore !

Une collection croisière très simple pour Alexander McQueen, qui met en avant des pièces à dominante blanc et noir. Tout est dans le détail, que ce soit dans la coupe, la forme ou les accessoires : une grosse ceinture, des broderies, du voilage, une superposition de volants, des gros carreaux ou un contraste entre noir et blanc avec de l’ajouré. Coup de cœur pour le 3e look ci-dessous, la robe est brodée sur l’avant et tout le reste (manches et bas) est en voile, c’est complètement fou!

Jeremy Scott a choisi Los Angeles pour présenter sa collection croisière 2017 au même moment que sa collection homme printemps-été 2017 (à découvrir ici). Entourée d’énormes fleurs gonflées à l’hélium, la collection est psychédélique, colorée à souhait et très 70’s décalée, à l’image du créateur que j’affectionne tout particulièrement comme tu le sais. Flashback vers le style du festival Woodstock, on retrouve des pièces en crochets, à fleurs, à rayures colorées, des pantalons pattes d’éléphant et des grands chapeaux ; en tout cas c’est dingue de voir des pièces kitsch avec un aussi bon design et des coupes aussi travaillées !

Zuhair Murad ne déroge pas à son ADN : la femme est sexy, colorée et avec des pièces travaillées pour une silhouette des plus stylées. On retrouve des pièces blanches agrémentées de broderies fleuries colorées ou bien des pièces ultra-colorées (souvent monocolore) toute en dentelle et transparence. Un vrai plaisir pour les yeux ; et à porter tout autant j’en suis sûre !

 

Bisous, Pau ♡

Laisser un commentaire