Fashion week de Pauline

NEW YORK Fashion Week AW 16/17

Hi ! On est en plein mois de la mode, en plus du mois de mon anniversaire, donc t’imagines à quel point je suis excitée. En plein débat entre « fast fashion » autrement dit de vendre les collections tout de suite après les défilés au lieu de 6 mois après avec la folie des réseaux sociaux et la magie de la mode et de ses Fashion weeks, on est dans une période en plein chamboulement. New York nous propose une femme caméléon qui s’adapte parfaitement à toutes les situations, j’adore cet esprit, et je te propose ici un récap’ de quelques défilés !

  • Tommy Hilfiger : Sur une playlist de Michael Jackson, c’une invitation au voyage dans un pays où l’hiver serait festif et doux. Robes en sequins, pantalons à pont, teddy courts brodés, tiares en strass, nœuds marins et imprimé marin à foison, la mode du « petit mousse » ou de l’officier a le vent en poupe ! (oui oui tu noteras le jeu de mots haha)

lescombinesdepauline-fashionwwek-NEWYORKfashionweek-AW16-17.2

 

  • Diane von Fürstenberg : La styliste a choisi les meilleurs tops du moment tels que Gigi Hadid, Kendall Jenner, Karlie Kloss et bien d’autres encors pour un défilé intime le jour de la Saint Valentin. Les filles n’arpentent pas de podiums, elles sont tantôt assises, tantôt en train de bouger tout en se marrant entre elles. Au niveau de la collection, la wrap dress prend des airs seventies avec des imprimés bohème et des longueurs différentes. Elle se réchauffe avec des trenchs et des fourrures disco, des mailles sans manches, des cols lavalières et des chapeaux sortis tout droit des années 20.

lescombinesdepauline-fashionwwek-NEWYORKfashionweek-AW16-17.7

 

  • Michael Kors : Point culture mode, le sweat est né dans le New York ouvrier des années 30 et cette saison, on le voit partout ! Chez Michael Kors, on le retrouve dans une version plus chic et plus subtile, qui dédramatise les pièces ultra-féminines. Il est vrai que les américaines adorent (et moi aussi!) ce mélange paillette/coton, qu’on peut appeller « l’effortless chic ». Le sweat, c’est le symbole d’une mode libre !

lescombinesdepauline-fashionwwek-NEWYORKfashionweek-AW16-17.4

 

  • Ralph Lauren : Cette collection prouve à quel point la femme peut être un caméléon à l’aise dans tous les milieux qui propose un style cool et sophistiqué. Le gris, le noir et le caramel, couleurs unies qui contrebalancent l’air décontracté en apportant de l’élégance, dominent dans ces vêtements qui font penser à l’Ouest américain avec leurs vestes en daim, leurs ponchos, leurs franges et leurs bottes de cowboy. C’est un peu comme un croisement entre une aristo rock et une western girl où se mélangent cachemire, tailoring masculin, redingotes croisées, pardessus taupe, smokings en jacquard et chemises à lavallière.

lescombinesdepauline-fashionwwek-NEWYORKfashionweek-AW16-17.3

 

  • Jeremy Scott : Collection « Cowboys and Poodles« , Jeremy Scott excelle dans la mélange d’imprimés bestial, de couleurs fluorescentes et de références cartoon. Un mix fou, dont lui seul a le secret, qui nous donne un dressing disco hautement décomplexé pour une pin-up qui sait ce qu’elle veut.

lescombinesdepauline-fashionwwek-NEWYORKfashionweek-AW16-17.6

 

  • Victoria Beckham :  La créatrice nous propose une collection raffinée et très masculin-féminin. Très moderne, les volumes sont placés sur le bas de la silhouette, les couleurs sont sobres et relevées par quelques motifs rayés et les jeux de superpositions entre différentes mailles nous prouve la possibilité d’être féminine et à l’aise. Nouveauté, féminité et prise de risque : Victoria Beckham nous montre un cocktail de bon goût !

lescombinesdepauline-fashionwwek-NEWYORKfashionweek-AW16-17.5

 

  • Hervé Léger : Marque glamour et sensuelle par excellence par sa signature des robes près du corps, Lubov Azria a voulu prendre des risques avec le punk notamment à travers un motif écossais ou des franges. Vraiment intéressant ce renouveau !

lescombinesdepauline-fashionwwek-NEWYORKfashionweek-AW16-17.8

 

  • Jason Wu : Jason Wu a présenté une femme « immaculée », sexy et intemporelle. Maxi cols, épaules dénudées, jeux de transparence et coupes structurées, la saison prochaine le vestiaire de la working girl new-yorkaise sera dangereusement féminin et dopé par des accessoires forts.

lescombinesdepauline-fashionwwek-NEWYORKfashionweek-AW16-17.9

 

  • Altuzarra : Joseph Altuzarra, couturier français établi à New York a présenté une collection en forme de patchwork.  On retrouve alors une profusion de motifs, souvent noirs et blancs, des jupes, des robes ou des manteaux mélangeant différentes couleurs, mais avec une dominante bordeaux. Pour renforcer l’effet de contraste, on voit un mélange de matières telles que la soie, la laine, l’organza, le velours, le nylon, le viscose ou la peau de mouton retournée.

lescombinesdepauline-fashionwwek-NEWYORKfashionweek-AW16-17.10

 

  • Rodarte : C’est pour moi leur plus belle collection et peut être mon petit coup de cœur de cette Fashion Week. Cette maison dirigée par deux sœurs, Kate et Laura Mulleavy, a présenté des mannequins en cuir et dentelle déambulant sur un parterre de néon. On retrouve un mélange entre des héroïnes littéraires et des icônes romantiques composées de longues robes en dentelle, peaux diaphanes et beaucoup de motifs fleuris. La maison aime la référence artistique, comme avec les tournesols et la nuit étoilée de Van Gogh dans la collection SS 2012.

lescombinesdepauline-fashionwwek-NEWYORKfashionweek-AW16-17.11

 

(Photos via sites de magazines qui parle de la NYFW)

Bisous, Pau ♡

Laisser un commentaire