Fashion week de Pauline

Vogue fashion festival 2016 – matinée du 05.11

Bonjour tout le monde ! Je reviens aujourd’hui sur un moment fort du mois : le « Vogue Fashion festival 2016 » pour sa toute première édition. Passionnée de mode et du magazine Vogue, je ne pouvais que sauter sur l’occasion pour enrichir mes connaissances en matière de mode et ce fut une réelle réussite ! Malheureusement pour des questions de budget, de transport mais aussi parce que j’avais cours, je n’ai pas pu assister aux 2 jours de conférence, mais comme je sais que l’évènement sera reconduit l’année prochaine, je me ferais un plaisir d’assister à toutes les conférences tellement j’ai adoré l’expérience cette année.

En voyant le programme, j’étais excitée de découvrir les conférences pour différentes raisons : la qualité des intervenants (Olivier Rousteing pour Balmain!), les sujets proposés (complètement dans l’actualité et très enrichissant sur le sujet), mais aussi pour parler de mode (oui, c’est une passion et Vogue c’est un peu la consécration dans le domaine) sans oublier le lieu (le palais Potocki, une merveille).

Après cette longue journée, j’étais réellement aux anges, ce qui me prouve encore une fois de plus que la mode est un domaine où je me vois vraiment évoluer par la suite. J’ai appris tellement de choses en une journée, en prenant beaucoup de notes pour te partager tout ça bien sûr, que j’espère que tu en apprendras tout autant !

lescombinesdepauline-fashionweek-mode-voguefashionfestival2016-matin-05-11-3

"Etre designer aujourd'hui" Olivier Rousteing (Balmain) - Isabel Marant - par Loïc Prigent

La journée commence fort avec une conférence présentée par Loïc Prigent, le roi des documentaires mode pour ceux qui ne le connaissent pas, entouré d’Olivier Rousteing, l’actuel directeur artistique de Balmain ainsi qu’Isabel Marant, fondatrice et directrice artistique de sa marque éponyme. La conférence aborde le rôle du designer aujourd’hui dans une société mondialisée et digitale où le designer doit rapidement s’adapter au marché en adoptant différents rôles dans un monde qui évolue constamment.

Le premier thème abordé, et certainement le plus évident, est la recherche de l’inspiration, qui selon Isabel Marant (IM) se construit comme un cuisinier où chaque bout d’idée construit le vêtement. Par exemple, une femme qui passe la main dans ses cheveux peut inspirer une collection qui met en valeur un cou, des épaules ou une carrure. Pour Olivier Rousteing (OR) l’inspiration c’est le travail de l’émotion. Des chaises venant de Cuba peuvent inspirer le naturel par exemple, mais l’art est aussi une source très importante d’inspiration comme les œufs Fabergé (œuvres d’haute-joaillerie vendues notamment chez Christies) ont inspiré les robes de la collection Balmain x H&M. A ce sujet, les deux designers ont tous les deux collaboré avec H&M et ce fut la meilleure expérience de leur vie puisque c’est une consécration pour une marque. Cela permet d’obtenir un public plus étendu, de toucher le monde entier puisqu’il n’existe pas forcément de boutiques Balmain ou Isabel Marant partout mais c’est aussi un accélérateur pour la marque comme une véritable stratégie marketing. Cela montre que la mode se démocratise, qu’elle n’est pas uniquement axée sur les défilés, ce qui la rend plus accessible à la nouvelle génération.

Au fil des années, le style d’une maison peut changer et attirer une nouvelle cliente. Pour Balmain, il dessinait ses vêtements comme une armure car il avait envie de se protéger mais à présent il a envie de quelque chose de plus léger et moins sur la défensive, c’est définitivement une marque qui reste très française. Du côté d’Isabel Marant, sa marque représente la femme cultivée. La mode, ainsi que les designers des marques, peuvent ainsi s’exprimer totalement sur leur vision de la vie dans différents sujets, comme la politique, puisque la mode est préceptrice de valeurs et tout art politique est controversé, comme par exemple le fait qu’il existe peu de designers noirs dans la mode luxe selon OR.

La vision au temps évolue également dans la mode puisqu’avec environ 6 collections par an, avant de commencer une collection, les designers sont déjà en retard. Le stress ne fait donc qu’augmenter ces dernières années et les heures de travail sont énormes. Néanmoins cela ne va pas durer, cela va aller encore plus vite, exploser puis revenir aux bases puisque la création et la passion reste au cœur du métier. La diversité fait la force de la mode et c’est pour ça que le rôle du designer restera toujours central !

lescombinesdepauline-fashionweek-mode-voguefashionfestival2016-matin-05-11-2

"La mode = un spectacle ?" Alexandre De Betak (fondateur de Bureau Betak, producteur de défilés) 
- Frédéric Sanchez (fondateur du Studio Frédéric Sanchez, illustrateur sonore)

Alexandre De Betax s’occupe de la réalisation des défilés. Il s’entretient avec les maisons entre 1 et 3 mois avant le show (avant c’était 6 mois) et crée les défilés généralement tous très différents. Selon lui, les défilés les plus réussis sont ceux où on retrouve l’image du créateur, la maison et son évolution. Evidemment le plus gros bouleversement dans ce domaine est arrivé avec internet et le digital. En effet, avant les présentations mode devaient être télégéniques, autrement dit bien passer à la télé, puis il y a eu la presse, dans les années 90 les Fashion Weeks commencent à être diffusé sur les écrans, puis sur nos ordinateurs en live et maintenant sur nos smartphones grâce aux réseaux sociaux. Le 1er défilé diffusé en live est également le 1er défilé Victoria’s Secret, créé par Alexandre De Betak, en 2000 lors du festival de Cannes à un horaire adapté FR/USA, ce qui a causé un crash internet !

En ce qui concerne la grande question « est-ce que les défilés sont encore d’actualité ? » ou dans l’idée de présenter les collections sous une nouvelle forme, Alexandre De Betak donne son avis très concerné et intéressant. Les blogs sont adaptés à notre société puisqu’ils permettent un avis simple et honnête avec des photos pas toujours pro mais accessible à un large public : en bref on cherche un défilé mémorable mais pour les bonnes raisons. L’intérêt reste de montrer le vêtement mais plus dans une démarche de défilé-spectacle avec un véritable univers artistique, comme le fait Jean-Paul Gaultier depuis longtemps. En conclusion on est au bout d’une période : le défilé n’est pas obsolète mais la Fashion Week oui dû au monde en perpétuel mouvement où on voudrait être où on veut, quand on veut. Il est vrai que depuis ces dernières années la mode est devenue de plus en plus internationale et les défilés croisières sont les débuts d’une plus grande liberté : l’information est mondiale et les endroits choisis sont spéciaux, c’est un renouveau. En plus les journalistes et les médias sont tout simplement un public averti et blasé, ce qui demande d’aller toujours plus loin.

Comme les tendances de mode deviennent mondiale, il y a plein de maisons différentes qui défilent pour des saisons différentes à travers le monde : il faut donc trouver une manière différente de montrer le vêtement. Il ne disparaît donc jamais, par contre il faut révolutionner le concept de Fashion Weeks. Dans 5 ans, on aura sûrement un défilé été et un défilé hiver la même saison !

lescombinesdepauline-fashionweek-mode-voguefashionfestival2016-matin-05-11-5

Frédéric Sanchez, quant à lui, s’occupe du fond sonore des défilés. Son travail se base sur les mots du créateur pour définir sa collection, ce qui demande une certaine réflexion auparavant puisqu’il faut raconter une histoire dans un temps très court. Le lien entre visuel et son est donc très fort. Il a également organisé des défilés sans son, où le silence était plus important que le bruit, le tout restant dans une démarche artistique.Certains morceaux sont même iconiques au point d’être comme un sillage de parfum lors d’un défilé d’un créateur. Son métier a beaucoup évolué avec le temps puisque maintenant c’est un vrai travail de composition. La tendance musicale de la saison se base sur le voyage, aussi bien physique que mental.

Ce fut une matinée extrêmement enrichissante, très en accord avec 2016 et son futur, mais aussi intéressante sur le nouveau rapport au temps et l’évolution du digital dans la mode. On se retrouve demain pour la deuxième partie, qui te réserve encore bien des surprises !

lescombinesdepauline-fashionweek-mode-voguefashionfestival2016-matin-05-11-4

Toutes les photos viennent de Vogue.

Bisous, Pau ♡

Leave a Reply