Hello ! Avant de passer au vif du sujet de cet article, il faut que je raconte le pourquoi du comment je n’étais pas très présente ces derniers mois. Entre le confinement/déconfinement, mes examens et mon mémoire, ces deux derniers mois ont été très stressants pour moi. Vous le savez, je suis une anxieuse dans l’âme, alors quand il y a tant de choses importantes pour moi en même temps, j’étais obligée de laisser Les combines de Pauline un petit moment…

Mais, me voilà de retour en forme et pleine d’entrain pour cet été 2020 ! Malgré sa singularité, il me laisse pas mal de liberté pour gérer mon temps. Je vais donc en profiter pour rattraper mon retard et profiter de partager tout ça avec vous. Le mois de juillet signe aussi la fin de mes 2 ans d’expatriée en Espagne: au mois d’août, je serai à nouveau en France à 100%. Bref, j’ai fini de raconter ma vie (mais n’hésite pas à me suivre sur Instagram pour en savoir plus) 😉 .

Pendant le confinement, j’ai vraiment repris beaucoup de plaisir à cuisiner et à chaque fois que je vous partageais ça sur Instagram, vous aviez l’air d’aimer ça. En plus, ça fait un moment que je songeais à rependre la catégorie cuisine sur mon blog. Je l’avais mise de côté par manque de temps mais aussi de créativité : j’adore cuisiner, manger, découvrir de nouveaux restos, mais j’avais du mal à mettre ça sur papier ici. J’attends toujours vos suggestions mais vous aviez l’air plutôt unanimes sur Instagram sur le fait de reprendre les recettes, alors je m’exécute! Vous retrouverez sur mon blog la recette détaillée, étape par étape en photo, avec toutes mes combines et une version mini en story “Recettes” sur Instagram. J’attends vos retours avec impatience : maintenant place aux fourneaux.

Passion asperges…

J’ai toujours préféré les asperges blanches aux vertes, je ne sais pas pourquoi, et sous la forme de velouté, c’est pour moi la meilleure façon d’en manger…
Edit: on est en juin donc c’est déjà la fin de la saison des asperges ! Néanmoins, la recette est déjà toute prête alors je vous la partage quand même maintenant. De plus, cela fait des années que c’est la même alors c’est testé et validé pour encore un bon bout de temps 😉 .

Ma liste de courses:
  • 500 g d’asperges blanches (+ épluchures)
  • 100 cl de bouillon de poule
  • 15 g de beurre
  • 15 g de farine
  • 10 cl de crème liquide
  • Poivre
  • Persil pour la décoration finale (et le goût bien sûr)
Listes de courses pour le velouté d'asperges blanches

Alors, on commence par laver puis éplucher les asperges. Ma combine: je vous conseille de garder les épluchures pour les rajouter au bouillon pour plus de goût). Ensuite, on enlève la partie dure en bas puis on coupe en petits morceaux (environ 3 morceaux pour une asperge). Après cela, on fait chauffer l’eau avec le bouillon de poule, les asperges et ses épluchures. On sort de l’eau les têtes d’asperges après 10 min de cuisson. Les autres morceaux peuvent cuire 10 min supplémentaires. On peut vérifier la cuisson à l’aide d’un couteau dont la pointe doit s’enfoncer facilement.

Pendant la cuisson des asperges, on peut faire fondre le beurre et la farine dans une petite casserole. C’est un peu comme le principe de la sauce béchamel, qu’on laisse ensuite refroidir pendant quelques minutes.

Recette velouté - étape par étape

Puis, on prend une casserole où on mélange notre sauce à une partie du bouillon de poule. On commence par ajouter les têtes d’asperges puis on mixe à l’aide d’un mixeur plongeant. On continue par mettre le reste des asperges et la crème fraîche, puis on ajuste la texture du velouté avec le bouillon de poule – plus vous en mettez, plus votre velouté sera liquide. Après avoir bien mixé, n’hésitez pas à passer le tout dans une passoire, il y a souvent des fibres qui restent !

On déguste enfin dans des bols ou dans des assiettes creuses. Pour l’assaisonnement et la décoration, on rajoute un peu de poivre et de persil.

Bon appétit !

Velouté d'asperges blanches

Maintenant, si tu veux lire de la mode, je te laisse avec mon dernier article look “Miss Gavroche” juste ici !

Bisous, Pauline.